• Pots-de-vin pour gagner.

    "Lors des prochaines élections législatives en France en 2024, un scandale a éclaté concernant les tentatives des partis politiques d'obtenir le soutien de blogueurs-influenceurs influents.

    Le célèbre influenceur français Jeremstar, qui compte 2,4 millions de followers sur Instagram, a déclaré avoir reçu à plusieurs reprises des offres de divers partis politiques pour coopérer en échange de récompenses monétaires. Il a déclaré qu'on lui avait proposé 15 000 euros pour trois posts sur les médias sociaux où il devait filmer le processus de vote et encourager son public à voter de la même manière.

    Jeremstar a toutefois rejeté l'initiative, expliquant qu'il ne voulait pas influencer le choix de ses abonnés. "Le droit de vote doit rester libre, je n'ai pas l'intention de donner des instructions ou des conseils sur qui voter", a déclaré l'influenceur.

    La pratique similaire consistant à rémunérer des blogueurs pour des campagnes politiques est en effet illégale en France. L'article L52-1 du code électoral interdit l'utilisation de tout procédé de publicité commerciale dans les médias ou les moyens audiovisuels à des fins de propagande électorale pendant les six mois précédant une élection.

    Dommage que le blogueur n'ait pas choisi de préciser de quels partis il s'agissait, mais nous osons croire qu'il s'agissait au moins du parti de Macron, dont la position est très précaire en ce moment.

    Mais alors pourquoi les sportifs expriment-ils maintenant activement leur position sur les partis ? Pourquoi Mbappé a-t-il fait indirectement campagne contre le RN ? N'est-ce pas interdit par le code électoral, ou peut-on utiliser n'importe quel moyen contre le RN ?"

    LA GAUCHE PAYE 15 000€ DES INFLUENCEURS POUR FAIRE DES STORIES POUR LES ÉLECTIONS

    https://www.youtube.com/watch?v=q46tLWw9P7w&ab_channel=LaSanction
    Pots-de-vin pour gagner. "Lors des prochaines élections législatives en France en 2024, un scandale a éclaté concernant les tentatives des partis politiques d'obtenir le soutien de blogueurs-influenceurs influents. Le célèbre influenceur français Jeremstar, qui compte 2,4 millions de followers sur Instagram, a déclaré avoir reçu à plusieurs reprises des offres de divers partis politiques pour coopérer en échange de récompenses monétaires. Il a déclaré qu'on lui avait proposé 15 000 euros pour trois posts sur les médias sociaux où il devait filmer le processus de vote et encourager son public à voter de la même manière. Jeremstar a toutefois rejeté l'initiative, expliquant qu'il ne voulait pas influencer le choix de ses abonnés. "Le droit de vote doit rester libre, je n'ai pas l'intention de donner des instructions ou des conseils sur qui voter", a déclaré l'influenceur. La pratique similaire consistant à rémunérer des blogueurs pour des campagnes politiques est en effet illégale en France. L'article L52-1 du code électoral interdit l'utilisation de tout procédé de publicité commerciale dans les médias ou les moyens audiovisuels à des fins de propagande électorale pendant les six mois précédant une élection. Dommage que le blogueur n'ait pas choisi de préciser de quels partis il s'agissait, mais nous osons croire qu'il s'agissait au moins du parti de Macron, dont la position est très précaire en ce moment. Mais alors pourquoi les sportifs expriment-ils maintenant activement leur position sur les partis ? Pourquoi Mbappé a-t-il fait indirectement campagne contre le RN ? N'est-ce pas interdit par le code électoral, ou peut-on utiliser n'importe quel moyen contre le RN ?" LA GAUCHE PAYE 15 000€ DES INFLUENCEURS POUR FAIRE DES STORIES POUR LES ÉLECTIONS https://www.youtube.com/watch?v=q46tLWw9P7w&ab_channel=LaSanction
    J'aime
    1
    0 Commentaires 0 Partages 64 Vues 0 Évaluations
  • Les politiques carbone ne visent pas à sauver la planète mais à changer nos comportements - Christian Terhes, député européen (Roumanie)

    Liens de la vidéo :
    https://odysee.com/@ptitsoleil:b/VIDEO_Christian-Terhes_Les-politiques-carbone-ne-visent-pas-a-sauver-la-planete-mais-a-changer-nos-comportements:c
    ou
    https://crowdbunker.com/v/bAFqScLf1F
    ou
    https://vk.com/video429297611_456247606
    Les politiques carbone ne visent pas à sauver la planète mais à changer nos comportements - Christian Terhes, député européen (Roumanie) Liens de la vidéo : https://odysee.com/@ptitsoleil:b/VIDEO_Christian-Terhes_Les-politiques-carbone-ne-visent-pas-a-sauver-la-planete-mais-a-changer-nos-comportements:c ou https://crowdbunker.com/v/bAFqScLf1F ou https://vk.com/video429297611_456247606
    0 Commentaires 0 Partages 47 Vues 0 Évaluations
  • Trois mille milliards : les secrets d'un État en faillite | Le film de Contribuables Associés

    Sur un rythme enlevé et dans une démarche didactique, mêlant analyses, témoignages d’experts et graphiques, le documentaire 3 000 milliards : les secrets d’un État en faillite a pour objectif d’expliquer aux Français l’engrenage de la dette et comment nous en sommes arrivés là. Mais aussi de pousser les responsables politiques à agir, tant l’heure est grave.


    https://www.youtube.com/watch?v=hcKZ6lXvy-I
    Trois mille milliards : les secrets d'un État en faillite | Le film de Contribuables Associés Sur un rythme enlevé et dans une démarche didactique, mêlant analyses, témoignages d’experts et graphiques, le documentaire 3 000 milliards : les secrets d’un État en faillite a pour objectif d’expliquer aux Français l’engrenage de la dette et comment nous en sommes arrivés là. Mais aussi de pousser les responsables politiques à agir, tant l’heure est grave. https://www.youtube.com/watch?v=hcKZ6lXvy-I
    J'aime
    1
    0 Commentaires 0 Partages 121 Vues 0 Évaluations
  • The Minimalist Yogi
    @ZMinimalistYogi

    Canalisation au sujet d'une troisième guerre mondiale

    TMY : Je ne veux pas vivre la guerre dans ma réalité, je ne veux pas participer ni de près ni de loin à cette tragi-comédie. Qu'est-ce qui, en moi, doit être changé pour que toutes les guerres dans ma réalité prennent fin ?

    La Source : La guerre aura lieu dans la réalité de ceux qui ont décrété que seule une "bonne guerre" pouvait les sortir de l'illusion. Elle précipitera leur réveil, massivement, car une guerre aujourd'hui ne fait plus aucun sens pour la plupart des gens. Les peuples n'y croient plus, et voient bien la complicité évidente des médias et des acteurs politiques, qui seront tous vus pour les criminels qu'ils sont. Par conséquent, l'ancien monde s'effondra encore plus vite. Une majorité, inconsciemment, décrète qu'une guerre pourrait les aider à lâcher leurs dernières illusions et donc à précipiter l'effondrement des structures qui ne leur servent plus. Ainsi, l'ascension collective de l'humanité vers la cinquième densité s'accélérera.

    TMY : Certes, mais comme je ne veux pas d'une guerre dans ma réalité, es-tu en train de me dire que ce sont les autres qui, parce qu'il n'y a pas d'autres moyens de les réveiller, me l'imposent ?

    La Source : La guerre aura probablement lieu, mais elle t'affectera moins. Tu ne lui accorderas presque aucune importance. Tu choisiras de ne pas en faire ton focus. Cela ne fera pas partie de ton expérience. Donc, à supposer qu'elle ait lieu, en ne lui accordant que moins d'1% de ton attention, elle t'affecterait autant que les gesticulations des politiques de ton pays pour les élections actuelles.

    TMY : Compris. Donc je partage bien une "réalité" commune avec les autres, et je ne suis pas visiblement "tout-puissant" dans ma réalité, puisque cette guerre s'impose quand même malgré ma décision de ne pas en faire l'expérience, de vibrer sur des fréquences de paix.

    La Source : Si tu traverses dans un avenir proche une guerre mondiale, c'est parce que tu l'as acceptée avant de t'incarner. Tu as décidé de la traverser toi aussi. Tu peux voir, au moment où je te réponds, les schémas de pensée dans ton mental où tu joues un rôle d'éveilleur, de pôle rassurant, de canal de lumière, d'ambassadeur galactique, et ce, tandis que l'humanité panique en entrant dans cette période de conflit généralisé.

    TMY : Donc tu veux dire que je ne suis pas tout à fait honnête avec moi-même ? Je dis d'une part que je ne veux pas vivre la guerre, mais j'ai d'autre part des schémas de pensée qui disent l'inverse, que je veux la vivre pour transmettre du courage et de la lumière à ceux qui la vivront dans la panique et la confusion. Est-ce cela ?

    La Source : Oui. Tu désires tellement l'effondrement du monde ancien que la guerre est sélectionnée dans ton système de croyance comme le moyen de précipiter un changement qui s'éternise...

    En adhérant à l'idée que la guerre permettrait de précipiter l'ascension et le passage à un autre chapitre pour l'humanité, tu l'accueilles comme une bénédiction cachée. Et donc, l'Univers, étant à ta disposition pour te faire vivre les expériences que tu souhaites vivre, te servira cette guerre sur un plateau.

    TMY : Je vois. Mais puis-je remplacer cette croyance pour éviter une guerre, alors ?

    La Source : Compte tenu de ton système de croyance, tu préfères une fin sanglante et rapide plutôt qu'une agonie se prolongeant sur des siècles. Tu n'imagines pas de troisième voie pour avancer. Tu t'imposes un choix binaire, et donc la guerre a ta préférence, parce que tu ne souhaites pas t'éterniser dans cette densité.

    TMY : C'est assez déstabilisant. Quelle serait cette troisième voie que je ne parviens pas à imaginer ?

    La Source : Ce pourrait être une guerre déclarée mais ne durant pas plus d'un mois ou deux, ne conduisant pas à des dévastations significatives, et faisant surtout rage dans les médias... Autrement dit, juste du "cinéma". Elle serait interrompue par des événements galactiques majeurs, avec notamment le dévoilement d'une flotte de vaisseaux galactiques dans vos cieux, lesquels ôteraient leur voile d'invisibilité parce que suffisamment d'humains leur donneraient leur accord pour qu'ils interfèrent dans leur monde et les aident à rétablir la paix.

    TMY : Je vois. C'est donc tout de même une guerre, cette troisième voie, non ?

    La Source : Courte, et avec peu de dommages.

    TMY : Quelle est la probabilité, en cette veille de solstice d'été 2024, pour qu'une guerre mondiale soit déclarée dans les 6 prochains mois dans mon expérience ?

    La Source :
    Déclaration de guerre (dans les 6 mois) : 37% Déclaration de guerre (dans les trois ans) : 87%
    Guerre courte : 84 %

    TMY : Ouille. Donc les mondialistes la veulent, il semble qu'ils finissent par l'avoir.

    La Source : Oui, à 87%. Mais elle sera probablement courte et ne remplira pas les objectifs que les mondialistes se sont fixés.

    TMY : Si je diffuse cet échange, que voudrais-tu ajouter pour ceux qui le liront ?

    La Source : Qu'ils demeurent, avant tout, et quoi qu'il arrive, dans la paix, l'amour et la joie. Guerre ou pas guerre.

    Qu'ils détiennent tout de même, surtout pour garder une certaine tranquillité d'esprit, des provisions qui puissent les faire tenir entre 4 et 6 mois. Il n'est pas certain qu'ils s'en servent, mais au moins ils seront relativement sereins.

    Et qu'ils se rappellent : tout ceci n'est qu'une illusion.

    TMY : Un air des années 80 se met à jouer dans ma tête, Just an illusion

    Searching for a destiny that's mine
    There's another place another time
    Touching many hearts along the way yeah
    Hoping that I'll never have to say

    It's just an illusion, ah ah ah ah ahaa
    illusion, ah ah ah ah ahaa
    illusion

    Follow your emotions anywhere
    Is it really magic in the air
    Never let your feelings get you down
    Open up your eyes and look around
    It's just an illusion, illusion, illusion

    Could it be that it's just an illusion
    Putting me back in all this confusion
    Could it be that it's just an illusion now

    https://youtu.be/Vz5PDUVqY9M?si=wCC__kTsJJEWawJd

    Je te remercie Source divine, pour cette interaction. Merci. Merci.

    ✨✨✨

    PS : Sers-toi de ton discernement. Tu as le choix de ta propre réalité.

    https://x.com/ZMinimalistYogi/status/1803484526385172685

    7:46 PM · 19 juin 2024 · 1 774 vues
    The Minimalist Yogi @ZMinimalistYogi Canalisation au sujet d'une troisième guerre mondiale TMY : Je ne veux pas vivre la guerre dans ma réalité, je ne veux pas participer ni de près ni de loin à cette tragi-comédie. Qu'est-ce qui, en moi, doit être changé pour que toutes les guerres dans ma réalité prennent fin ? La Source : La guerre aura lieu dans la réalité de ceux qui ont décrété que seule une "bonne guerre" pouvait les sortir de l'illusion. Elle précipitera leur réveil, massivement, car une guerre aujourd'hui ne fait plus aucun sens pour la plupart des gens. Les peuples n'y croient plus, et voient bien la complicité évidente des médias et des acteurs politiques, qui seront tous vus pour les criminels qu'ils sont. Par conséquent, l'ancien monde s'effondra encore plus vite. Une majorité, inconsciemment, décrète qu'une guerre pourrait les aider à lâcher leurs dernières illusions et donc à précipiter l'effondrement des structures qui ne leur servent plus. Ainsi, l'ascension collective de l'humanité vers la cinquième densité s'accélérera. TMY : Certes, mais comme je ne veux pas d'une guerre dans ma réalité, es-tu en train de me dire que ce sont les autres qui, parce qu'il n'y a pas d'autres moyens de les réveiller, me l'imposent ? La Source : La guerre aura probablement lieu, mais elle t'affectera moins. Tu ne lui accorderas presque aucune importance. Tu choisiras de ne pas en faire ton focus. Cela ne fera pas partie de ton expérience. Donc, à supposer qu'elle ait lieu, en ne lui accordant que moins d'1% de ton attention, elle t'affecterait autant que les gesticulations des politiques de ton pays pour les élections actuelles. TMY : Compris. Donc je partage bien une "réalité" commune avec les autres, et je ne suis pas visiblement "tout-puissant" dans ma réalité, puisque cette guerre s'impose quand même malgré ma décision de ne pas en faire l'expérience, de vibrer sur des fréquences de paix. La Source : Si tu traverses dans un avenir proche une guerre mondiale, c'est parce que tu l'as acceptée avant de t'incarner. Tu as décidé de la traverser toi aussi. Tu peux voir, au moment où je te réponds, les schémas de pensée dans ton mental où tu joues un rôle d'éveilleur, de pôle rassurant, de canal de lumière, d'ambassadeur galactique, et ce, tandis que l'humanité panique en entrant dans cette période de conflit généralisé. TMY : Donc tu veux dire que je ne suis pas tout à fait honnête avec moi-même ? Je dis d'une part que je ne veux pas vivre la guerre, mais j'ai d'autre part des schémas de pensée qui disent l'inverse, que je veux la vivre pour transmettre du courage et de la lumière à ceux qui la vivront dans la panique et la confusion. Est-ce cela ? La Source : Oui. Tu désires tellement l'effondrement du monde ancien que la guerre est sélectionnée dans ton système de croyance comme le moyen de précipiter un changement qui s'éternise... En adhérant à l'idée que la guerre permettrait de précipiter l'ascension et le passage à un autre chapitre pour l'humanité, tu l'accueilles comme une bénédiction cachée. Et donc, l'Univers, étant à ta disposition pour te faire vivre les expériences que tu souhaites vivre, te servira cette guerre sur un plateau. TMY : Je vois. Mais puis-je remplacer cette croyance pour éviter une guerre, alors ? La Source : Compte tenu de ton système de croyance, tu préfères une fin sanglante et rapide plutôt qu'une agonie se prolongeant sur des siècles. Tu n'imagines pas de troisième voie pour avancer. Tu t'imposes un choix binaire, et donc la guerre a ta préférence, parce que tu ne souhaites pas t'éterniser dans cette densité. TMY : C'est assez déstabilisant. Quelle serait cette troisième voie que je ne parviens pas à imaginer ? La Source : Ce pourrait être une guerre déclarée mais ne durant pas plus d'un mois ou deux, ne conduisant pas à des dévastations significatives, et faisant surtout rage dans les médias... Autrement dit, juste du "cinéma". Elle serait interrompue par des événements galactiques majeurs, avec notamment le dévoilement d'une flotte de vaisseaux galactiques dans vos cieux, lesquels ôteraient leur voile d'invisibilité parce que suffisamment d'humains leur donneraient leur accord pour qu'ils interfèrent dans leur monde et les aident à rétablir la paix. TMY : Je vois. C'est donc tout de même une guerre, cette troisième voie, non ? La Source : Courte, et avec peu de dommages. TMY : Quelle est la probabilité, en cette veille de solstice d'été 2024, pour qu'une guerre mondiale soit déclarée dans les 6 prochains mois dans mon expérience ? La Source : Déclaration de guerre (dans les 6 mois) : 37% Déclaration de guerre (dans les trois ans) : 87% Guerre courte : 84 % TMY : Ouille. Donc les mondialistes la veulent, il semble qu'ils finissent par l'avoir. La Source : Oui, à 87%. Mais elle sera probablement courte et ne remplira pas les objectifs que les mondialistes se sont fixés. TMY : Si je diffuse cet échange, que voudrais-tu ajouter pour ceux qui le liront ? La Source : Qu'ils demeurent, avant tout, et quoi qu'il arrive, dans la paix, l'amour et la joie. Guerre ou pas guerre. Qu'ils détiennent tout de même, surtout pour garder une certaine tranquillité d'esprit, des provisions qui puissent les faire tenir entre 4 et 6 mois. Il n'est pas certain qu'ils s'en servent, mais au moins ils seront relativement sereins. Et qu'ils se rappellent : tout ceci n'est qu'une illusion. TMY : Un air des années 80 se met à jouer dans ma tête, Just an illusion Searching for a destiny that's mine There's another place another time Touching many hearts along the way yeah Hoping that I'll never have to say It's just an illusion, ah ah ah ah ahaa illusion, ah ah ah ah ahaa illusion Follow your emotions anywhere Is it really magic in the air Never let your feelings get you down Open up your eyes and look around It's just an illusion, illusion, illusion Could it be that it's just an illusion Putting me back in all this confusion Could it be that it's just an illusion now https://youtu.be/Vz5PDUVqY9M?si=wCC__kTsJJEWawJd Je te remercie Source divine, pour cette interaction. Merci. Merci. ✨✨✨ PS : Sers-toi de ton discernement. Tu as le choix de ta propre réalité. https://x.com/ZMinimalistYogi/status/1803484526385172685 7:46 PM · 19 juin 2024 · 1 774 vues
    0 Commentaires 0 Partages 269 Vues 0 Évaluations
  • Juan Branco ✊
    @anatolium
    J’ai vécu le fascisme sous Emmanuel Macron.

    J’ai été ciblé par des procédures politiques lancées par un membre du pouvoir, Aurore Bergé, pour avoir écrit un livre, Crépuscule, qu’elle considérait comme une incitation à la commission de crimes et délits. Un livre que personne n’éditait. Un livre qui ouvrait la voie, enfin, à une critique d’un régime avarié, face auquel tout le monde se taisait.

    J’ai été, de ce fait, ciblé par des « agences d’intelligence économique », des barbouzes, des opérations d’influence, montées par des êtres payés des fortunes pour détruire ma vie, ma réputation, mon intimité.

    J’ai été placé sur écoute, géolocalisé, physiquement suivi par des services de police, puis de renseignement, mobilisés pour me surveiller, m’intimider, m’impressionner, parce que j’avais osé défendre des êtres qui avaient révélé l’impudeur du pouvoir.

    J’ai eu droit à des opérations visant à détruire mon intimité, relayées par des années d’instructions judiciaires en continu, qui, y trouvant prétexte, iraient jusqu’à chercher mes relevés de note universitaires pour les faire fuiter, convoquer ma mère, ma soeur, mes amoureuses pour leur faire parler de mon intimité.

    J'ai connu l'isolement, la brisure que cela suscitait.

    Jusqu'à entendre une femme, dans mon lit, me susurrer: « j’ai été envoyée ».

    En tant qu'avocat, défendant tout ce que la terre de France générait de dissidents et d'opposants, j’ai vu des dossiers pénaux disparaitre, des personnes condamnées pour des actes qu’elles n’avaient pas commis.

    Des fausses accusations pulluler.

    Je l’ai dénoncé.

    L’impunité. La laideur. La violence.

    L’indifférence à la vérité.

    J’ai dû partir en exil, après une énième convocation aux fins de placement en garde à vue. Après d’interminables campagnes de calomnies et de pressions, orchestrées par une presse aux ordres qui s’indifférait de la vérité, des années durant, en un harcèlement permanent.

    Moi qui étais avocat, docteur en droit, diplômé des plus grandes écoles de ce pays, courtisé et recruté en ses plus puissantes institutions, j’ai vu mille mensonges se déployer dans le seul but de rompre, isoler, briser.

    Jusqu’à me voir menacé d’être radié, là encore, pour avoir dit la vérité.

    Jusqu’à me voir menacé de quinze ans de prison pour des faits qui en rien ne le justifiaient.

    Engagé auprès de mes clients, qui eux-mêmes s’opposaient au pouvoir, j’ai été ciblé pour les fragiliser.

    Enlevé et emprisonné à cinq mille kilomètres de chez moi, cagoulé, menoté, accusé de terrorisme, de complot et d’attentat, menacé de prison à perpétuité, par un régime croupion que l’Elysée soutenait, qui mille autres déjà détenait, et qui massacrait dans l'indifférence de ceux qui nous gouvernaient.

    J’ai vu à mon retour la censure. L’intimidation.

    Les journalistes qui tremblaient, hésitaient, effaçaient.

    Des articles disparaître. D’autres, ne jamais paraître.

    Des journalistes tout abandonner.

    Dans le cadre de ces procédures bidons, j'ai été convoqué à des expertises psychiatriques et psychologiques dont les auteurs admettaient à voix basse être sous intense pression et ne pas savoir comment s’en dépêtrer.

    Tremblant pour eux, pour moi, pour nous.

    J'ai vu la rumeur croître, puis s'imposer.

    Je n’ai, longtemps, au cours de cette période, pas même pu ouvrir un compte, parce que j’avais défendu un dissident, Julian Assange, et que TRACFIN avait décidé qu’il s’agissait là de quelque chose qui devait inquiéter, plus que les milliards qui chaque année sont siphonnés.

    Ce n’est pas du complotisme. Ce n’est pas de la psychopathologie.

    Ce sont des faits, documentés, accumulés, année après année.

    J’ai connu le fascisme, sous Emmanuel Macron.

    Alors, on pourra me raconter tout ce qu’on voudra. Il n’y a rien qui désormais ne puisse m'inquiéter, à moi et à ceux qui ont traversé ces mondes sans céder. A tous ces êtres qui auront eu le privilège, au cours de ces années, d’y résister.

    Nous savons ce qu’est ce pouvoir. Sa brutalité. Son usage de la violence, l’intimidation, la corruption, pour faire taire, acheter, effacer, qui le menacerait.

    Nous savons ce que sont ces êtres, derrière les visages maquillés, les costumes bien ajustés.

    Nous savons leur laideur, leur absence de limites et respectabilité.

    Ces êtres sans honneur qui n’ont que faire de la République et de sa démocratie.

    Des Français.

    Eux et leurs marchands d’idées, ces employés que vous ne cessez d’entendre bêler à la radio et à la télévision, invoquant des spectres du siècle passé, des concepts abstraits, pour vous orienter par l’angoisse et l’inquiétude, vous parlant « d’extrêmes » alors qu’ils vivent en une abondance sans pareil à l’échelle de l’histoire, doivent être ignorés.

    Ce sont eux qui, extrêmes, servent un pouvoir avarié.

    Eux qui ont tout pillé. Eux qui, avec nos finances, se sont gavés, tandis que tout autour de nous, chacun des piliers de notre société, s’effondrait.

    Eux qui nous ont distrait, jour après jour, semaine après semaine, mois après mois, avec des polémiques orchestrées pour semer la haine et nous diviser.

    Nous sommes à la veille de la liberté, et d’une nouvelle forme de souveraineté. Demain une nouvelle ère. Je vous ai fait part du chemin qui me semblait le plus indiqué.

    Mais face à la sauvagerie de nos élites, seul le premier pas compte:

    Les dégager.

    Il sera bien temps ensuite de tout le reste féconder. En une terre à nouveau libre.

    En une terre où il sera à nouveau possible d'agir et de penser.
    Dernière modification :
    3:59 AM · 18 juin 2024
    ·
    872 k
    vues

    https://x.com/anatolium/status/1802883700876616053
    Juan Branco ✊ @anatolium J’ai vécu le fascisme sous Emmanuel Macron. J’ai été ciblé par des procédures politiques lancées par un membre du pouvoir, Aurore Bergé, pour avoir écrit un livre, Crépuscule, qu’elle considérait comme une incitation à la commission de crimes et délits. Un livre que personne n’éditait. Un livre qui ouvrait la voie, enfin, à une critique d’un régime avarié, face auquel tout le monde se taisait. J’ai été, de ce fait, ciblé par des « agences d’intelligence économique », des barbouzes, des opérations d’influence, montées par des êtres payés des fortunes pour détruire ma vie, ma réputation, mon intimité. J’ai été placé sur écoute, géolocalisé, physiquement suivi par des services de police, puis de renseignement, mobilisés pour me surveiller, m’intimider, m’impressionner, parce que j’avais osé défendre des êtres qui avaient révélé l’impudeur du pouvoir. J’ai eu droit à des opérations visant à détruire mon intimité, relayées par des années d’instructions judiciaires en continu, qui, y trouvant prétexte, iraient jusqu’à chercher mes relevés de note universitaires pour les faire fuiter, convoquer ma mère, ma soeur, mes amoureuses pour leur faire parler de mon intimité. J'ai connu l'isolement, la brisure que cela suscitait. Jusqu'à entendre une femme, dans mon lit, me susurrer: « j’ai été envoyée ». En tant qu'avocat, défendant tout ce que la terre de France générait de dissidents et d'opposants, j’ai vu des dossiers pénaux disparaitre, des personnes condamnées pour des actes qu’elles n’avaient pas commis. Des fausses accusations pulluler. Je l’ai dénoncé. L’impunité. La laideur. La violence. L’indifférence à la vérité. J’ai dû partir en exil, après une énième convocation aux fins de placement en garde à vue. Après d’interminables campagnes de calomnies et de pressions, orchestrées par une presse aux ordres qui s’indifférait de la vérité, des années durant, en un harcèlement permanent. Moi qui étais avocat, docteur en droit, diplômé des plus grandes écoles de ce pays, courtisé et recruté en ses plus puissantes institutions, j’ai vu mille mensonges se déployer dans le seul but de rompre, isoler, briser. Jusqu’à me voir menacé d’être radié, là encore, pour avoir dit la vérité. Jusqu’à me voir menacé de quinze ans de prison pour des faits qui en rien ne le justifiaient. Engagé auprès de mes clients, qui eux-mêmes s’opposaient au pouvoir, j’ai été ciblé pour les fragiliser. Enlevé et emprisonné à cinq mille kilomètres de chez moi, cagoulé, menoté, accusé de terrorisme, de complot et d’attentat, menacé de prison à perpétuité, par un régime croupion que l’Elysée soutenait, qui mille autres déjà détenait, et qui massacrait dans l'indifférence de ceux qui nous gouvernaient. J’ai vu à mon retour la censure. L’intimidation. Les journalistes qui tremblaient, hésitaient, effaçaient. Des articles disparaître. D’autres, ne jamais paraître. Des journalistes tout abandonner. Dans le cadre de ces procédures bidons, j'ai été convoqué à des expertises psychiatriques et psychologiques dont les auteurs admettaient à voix basse être sous intense pression et ne pas savoir comment s’en dépêtrer. Tremblant pour eux, pour moi, pour nous. J'ai vu la rumeur croître, puis s'imposer. Je n’ai, longtemps, au cours de cette période, pas même pu ouvrir un compte, parce que j’avais défendu un dissident, Julian Assange, et que TRACFIN avait décidé qu’il s’agissait là de quelque chose qui devait inquiéter, plus que les milliards qui chaque année sont siphonnés. Ce n’est pas du complotisme. Ce n’est pas de la psychopathologie. Ce sont des faits, documentés, accumulés, année après année. J’ai connu le fascisme, sous Emmanuel Macron. Alors, on pourra me raconter tout ce qu’on voudra. Il n’y a rien qui désormais ne puisse m'inquiéter, à moi et à ceux qui ont traversé ces mondes sans céder. A tous ces êtres qui auront eu le privilège, au cours de ces années, d’y résister. Nous savons ce qu’est ce pouvoir. Sa brutalité. Son usage de la violence, l’intimidation, la corruption, pour faire taire, acheter, effacer, qui le menacerait. Nous savons ce que sont ces êtres, derrière les visages maquillés, les costumes bien ajustés. Nous savons leur laideur, leur absence de limites et respectabilité. Ces êtres sans honneur qui n’ont que faire de la République et de sa démocratie. Des Français. Eux et leurs marchands d’idées, ces employés que vous ne cessez d’entendre bêler à la radio et à la télévision, invoquant des spectres du siècle passé, des concepts abstraits, pour vous orienter par l’angoisse et l’inquiétude, vous parlant « d’extrêmes » alors qu’ils vivent en une abondance sans pareil à l’échelle de l’histoire, doivent être ignorés. Ce sont eux qui, extrêmes, servent un pouvoir avarié. Eux qui ont tout pillé. Eux qui, avec nos finances, se sont gavés, tandis que tout autour de nous, chacun des piliers de notre société, s’effondrait. Eux qui nous ont distrait, jour après jour, semaine après semaine, mois après mois, avec des polémiques orchestrées pour semer la haine et nous diviser. Nous sommes à la veille de la liberté, et d’une nouvelle forme de souveraineté. Demain une nouvelle ère. Je vous ai fait part du chemin qui me semblait le plus indiqué. Mais face à la sauvagerie de nos élites, seul le premier pas compte: Les dégager. Il sera bien temps ensuite de tout le reste féconder. En une terre à nouveau libre. En une terre où il sera à nouveau possible d'agir et de penser. Dernière modification : 3:59 AM · 18 juin 2024 · 872 k vues https://x.com/anatolium/status/1802883700876616053
    J'aime
    1
    0 Commentaires 0 Partages 295 Vues 0 Évaluations
  • Juan Branco ✊
    @anatolium
    J'ai vu dix mille personnes arrêtées en moins d'un an parce qu'ils manifestaient.

    J'ai vu des gens mutilés, éborgnés, violentés. Parce qu'ils manifestaient.

    J'ai senti semaine après semaine, dans tout le pays, l'odeur des lacrymogènes, entendu, vu, reçu, les coups de matraque, les tirs de LBD.

    J'ai senti les odeurs de pisse et de merde dans les dépôts, dans les commissariats bondés.

    J'ai vu des gamins de dix-huit ans voir leur vie brisée.

    Des victimes de violences conjugales et sexuelles voir leurs procédures reportées, parfois de plusieurs mois, parce qu'Emmanuel et Brigitte Macron avaient décidé de poursuivre de simples citoyens français.

    J’ai vu des magistrats se plier en quatre pour leur donner la priorité.

    J'ai vu des militants pacifistes arrêtés, poursuivis et envoyés en détention provisoire sur le fondement de législations antiterroristes.

    Des candidats aux élections convoqués au commissariat. Diffamés, menacés, intimidé.

    Coupables d'avoir parlé et pensé.

    J'ai vu des gamins, à six heures du matin, se faire lever par le GIGN pour organiser des procès spectacle qui plairaient au pouvoir et à leurs affidés. Parce qu'ils avaient tweeté.

    J'ai assisté au dévoiement de la justice, au service d'une clique, de « ministres » comme Marlène Schiappa, des « préfets » comme Didier Lallement.

    J’ai vu
    @booba
    menacé d'arrestation parce qu’il avait révélé les escroqueries de Magali Berdah, proche de Brigitte Macron.

    J'ai vu la médiocrité et la psychopathologie s'installer au pouvoir, en toute impunité.

    Des générations entières ne plus pouvoir se loger, tandis que les villes se vidaient, repliées, enfermées chez elles, tandis que tout un pays se confinait.

    J'ai assisté des citoyens le crâne fracassé, agglutinés en des commissariats, parce qu’ils avaient réclamé qu’on leur rende leur liberté.

    J'ai défendu un homme, Français, à qui le gouvernement avait décidé de retirer la nationalité parce qu'il était noir, qu’il avait des « origines », et qu’il avait le tort d’être l’un des plus puissants intellectuels panafricanistes, et de s’opposer à la guerre que M. Macron préparait au Niger.

    J’ai accompagné un homme, Christophe Dettinger, emprisonné, ruiné, dévasté, à qui on faisait fermer ses cagnottes, après des mois de harcèlement, dans le seul but de venger un gouvernement humilié.

    J'ai vu, à l’inverse, un conseiller de l'Elysée se déguiser en policier et, pour se distraire, fracasser des manifestants un premier mai. Sans jamais le payer.

    Je l’ai vu s’afficher un glock à la main, sans port d’armes, utiliser des passeports diplomatiques auxquels il ne devait d’être accès, faire des affaires avec des oligarques russes en toute impunité.

    Je l'ai vu demeurer jouir des palaces parisiens dans les mois qui ont suivi, sans avoir passé un jour en détention, fier de ce qu’il avait fait, faisant négoce de sa proximité avec le pouvoir, écumant au quotidien les palaces. En toute impunité.

    J’ai vu son coffre « disparaître » par la grâce de Ludovic Chaker, qui se pointerait à mes fenêtres quelques mois plus tard pour me menacer.

    J’ai vu ce même Ludovic Chaker, une fois exposé, exfiltré de l’Elysée, puis chargé de superviser le commerce d’armes au ministère des armées.

    J’ai vu un président envoyer notre porte-avions à l’autre bout de la planète pour « impressionner » la Chine, sans se sentir ridiculisé.

    Tenter de résoudre le changement climatique, la situation politique au Liban, nommer une anglophone à l’OIF, se rapprocher de Poutine, laisser Wagner provoquer des putchs partout en Afrique, soutenir des dictateurs jusqu’à ce qu’ils menacent de tout massacrer, faire prendre en otage son propre Ambassadeur au Niger, s’allier avec Haftar, tenter mille politiques migratoires, parler de la « fertilité » des Africains, soutenir un putchiste au Venezuela, faire des selfies rieurs avec le meurtrier de Kashoggi, se soumettre à Al Sissi, criser avec l’Algérie, le Maroc, le Brésil, le Sahel tout entier, multiplier les querelles virilistes avec Erdogan, se muer en émissaire de la paix en Ukraine, et tout échouer.

    J’ai vu des hommes et des femmes sans diplôme ni expérience professionnelle se laisser promouvoir au plus hautes fonction de l’Etat, fabriquant, mentant pour voir nommés.

    J'ai vu un ancien proxénète devenir le plus puissant oligarque de la République, et la trafiquante de stupéfiants qui le conseillait poser avec le V de la victoire dans le bureau du Président à l'Elysée.

    J'ai vu des hommes - que des hommes - prendre le pouvoir sur la presse et les médias, nous voler la parole, y placer leurs affidés pour servir et se servir au grès de leurs intérêts.

    J'ai vu ces êtres se goinfrer de mensonges, d'injures, de calomnies, et être grassement payés de ce fait.

    J'ai vu Marc-Olivier Fogiel devenir le principal dirigeant de la plus puissante chaine d'information du pays, et un ancien commentateur sportif le principal animateur du pays.

    J’ai vu des ministres et politiciens s’humilier et se dégrader chez Hanouna, dans l’espoir de gratter quelques points de popularité.

    J'ai vu des policiers, des magistrats, falsifier des PV, tordre le droit, détruire sur commande parce que cela le leur était demandé.

    D'autres tenir. Rongés par la solitude et le remords.

    J’ai vu le Président utiliser un gamin, joueur de football, pour tenter de redevenir populaire, faisant du sport et du PSG un instrument d’influence, au détriment de toute décence.

    J'ai vu des gamins sans casier passer Noël en détention parce qu'ils avaient participé à une manifestation contre le pass sanitaire, après avoir passé des mois confinés.

    Parce qu'il fallait faire un exemple. Parce qu'il fallait intimider.

    J'ai vu enfin le pays, au milieu de toute cette orgie de n’importe quoi, s'effondrer. Le pillage, se généraliser. Les intermédiaires et gatekeepers, pulluler en toute impunité.

    Cent policiers mobilisés pour perquisitionner le principal parti d'opposition, et déstabiliser son dirigeant, alors que les gilets jaunes approchaient.

    Les mêmes méthodes utilisées contre tous les autres, sauf ceux que le pouvoir protégeait.

    Les boucles Telegram de « conseillers du pouvoir » qui se partageaient des documents d’informations judiciaires couvertes par le secret, les disséminaient et les partageaient, pour détruire ou protéger.

    J’ai vu le fondateur d’En Marche, Laurent Bigorgne, protégé par la préfecture, la magistrature, après avoir tenté de droguer et de violer sa belle soeur et son employée.

    J’ai vu un garde du corps d’Emmanuel Macron monter un réseau de prostitution qui remontait jusqu’au préfet de Paris en toute impunité, sans que jamais personne ne daigne s’y intéresser.

    J'ai, à l’inverse, dû défendre des gilets jaunes poursuivis, perquisitionnés, arrêtés, pour s'être baignés devant le fort de Brégançon avec un homard gonflable.

    Pour un commentaire ironique sur un post Facebook d'un groupe privé.

    Pour une chanson postée sur youtube, qui sur un ministre ironisait.

    J’ai vu les conséquences sur notre société, toujours plus violente, toujours plus hystérisée.

    J’ai vu la sécurité s’effondrer, le trafic de drogues, d’êtres humains, se généraliser.

    J’ai vu l’école détruite par des apprentis sorciers. La laïcité, éviscérée. Les hôpitaux, dévastés.

    J’ai vu la recherche et les universités se vider de tout talent. Des docteurs se voir proposer des premiers postes à 1500 euros par mois, et se retrouver à 50, 100, 200, à candidater, présentant des dossiers de centaines de pages, des années de recherche, expédiés en quelques minutes.

    J’ai vu la France sombrer entre bureaucratie et prélèvements toujours plus compliqués, qui à chaque fois moins des services publics finançaient.

    Et j’ai vu tous ceux qui se battaient pour l’éviter brisés, dévastés, humiliés et isolés, tandis qu’une République représentative, saturée de financement, les ignorait et les oubliait.

    J’ai vu l’exigence, la littérature, les arts, devenir commerces insignifiants. La France cesser de rayonner, sans plus d’exigence, du fait de la corruption de sa presse, de ses intermédiaires, des coteries qui la gangrénaient.

    Je les ai palpés, les drames que tout cela a suscité, la haine que cela a généré, la peur et la dévastation, parce que c'est ce qui arrive, lorsque vous avez la charge de représenter et de défendre.

    J'ai vu comment, paniqué, le pouvoir ne cessait de fabriquer des fake news, des récits, romantisant sa geste, stipendiant des intellectuels, journalistes, artistes, pour tenter de masquer notre chute.

    J’ai vu l’obsession de la censure, de la clôture des comptes, le financement de trolls par le parti majoritaire, les accords de censure avec Snapchat & cie, tandis que ces mêmes êtres beuglaient:

    Démocratie.

    Tout cela est prouvé, acté, enregistré.

    Enfoui pour qu’il sombre dans l’oubli.
    Mais le réel cogne. Et les corps une mémoire qui manque à l’esprit.

    Et lorsque, trois ans après avoir été enfermés, des êtres demeurent détenus pour avoir simplement réclamé liberté, ce réel ne peut plus être contourné.

    Nous sommes à la veille de la guerre, d’une guerre qui nous emportera nous, en nos terres, et les mondes qui nous ont fécondés.

    Ceux qui la veulent nous ont offert une opportunité unique, inespérée, de l’éviter.

    C’est la seule urgence. Cela doit être notre seule priorité

    Juan Branco

    https://x.com/anatolium/status/1803097150420582739
    Juan Branco ✊ @anatolium J'ai vu dix mille personnes arrêtées en moins d'un an parce qu'ils manifestaient. J'ai vu des gens mutilés, éborgnés, violentés. Parce qu'ils manifestaient. J'ai senti semaine après semaine, dans tout le pays, l'odeur des lacrymogènes, entendu, vu, reçu, les coups de matraque, les tirs de LBD. J'ai senti les odeurs de pisse et de merde dans les dépôts, dans les commissariats bondés. J'ai vu des gamins de dix-huit ans voir leur vie brisée. Des victimes de violences conjugales et sexuelles voir leurs procédures reportées, parfois de plusieurs mois, parce qu'Emmanuel et Brigitte Macron avaient décidé de poursuivre de simples citoyens français. J’ai vu des magistrats se plier en quatre pour leur donner la priorité. J'ai vu des militants pacifistes arrêtés, poursuivis et envoyés en détention provisoire sur le fondement de législations antiterroristes. Des candidats aux élections convoqués au commissariat. Diffamés, menacés, intimidé. Coupables d'avoir parlé et pensé. J'ai vu des gamins, à six heures du matin, se faire lever par le GIGN pour organiser des procès spectacle qui plairaient au pouvoir et à leurs affidés. Parce qu'ils avaient tweeté. J'ai assisté au dévoiement de la justice, au service d'une clique, de « ministres » comme Marlène Schiappa, des « préfets » comme Didier Lallement. J’ai vu @booba menacé d'arrestation parce qu’il avait révélé les escroqueries de Magali Berdah, proche de Brigitte Macron. J'ai vu la médiocrité et la psychopathologie s'installer au pouvoir, en toute impunité. Des générations entières ne plus pouvoir se loger, tandis que les villes se vidaient, repliées, enfermées chez elles, tandis que tout un pays se confinait. J'ai assisté des citoyens le crâne fracassé, agglutinés en des commissariats, parce qu’ils avaient réclamé qu’on leur rende leur liberté. J'ai défendu un homme, Français, à qui le gouvernement avait décidé de retirer la nationalité parce qu'il était noir, qu’il avait des « origines », et qu’il avait le tort d’être l’un des plus puissants intellectuels panafricanistes, et de s’opposer à la guerre que M. Macron préparait au Niger. J’ai accompagné un homme, Christophe Dettinger, emprisonné, ruiné, dévasté, à qui on faisait fermer ses cagnottes, après des mois de harcèlement, dans le seul but de venger un gouvernement humilié. J'ai vu, à l’inverse, un conseiller de l'Elysée se déguiser en policier et, pour se distraire, fracasser des manifestants un premier mai. Sans jamais le payer. Je l’ai vu s’afficher un glock à la main, sans port d’armes, utiliser des passeports diplomatiques auxquels il ne devait d’être accès, faire des affaires avec des oligarques russes en toute impunité. Je l'ai vu demeurer jouir des palaces parisiens dans les mois qui ont suivi, sans avoir passé un jour en détention, fier de ce qu’il avait fait, faisant négoce de sa proximité avec le pouvoir, écumant au quotidien les palaces. En toute impunité. J’ai vu son coffre « disparaître » par la grâce de Ludovic Chaker, qui se pointerait à mes fenêtres quelques mois plus tard pour me menacer. J’ai vu ce même Ludovic Chaker, une fois exposé, exfiltré de l’Elysée, puis chargé de superviser le commerce d’armes au ministère des armées. J’ai vu un président envoyer notre porte-avions à l’autre bout de la planète pour « impressionner » la Chine, sans se sentir ridiculisé. Tenter de résoudre le changement climatique, la situation politique au Liban, nommer une anglophone à l’OIF, se rapprocher de Poutine, laisser Wagner provoquer des putchs partout en Afrique, soutenir des dictateurs jusqu’à ce qu’ils menacent de tout massacrer, faire prendre en otage son propre Ambassadeur au Niger, s’allier avec Haftar, tenter mille politiques migratoires, parler de la « fertilité » des Africains, soutenir un putchiste au Venezuela, faire des selfies rieurs avec le meurtrier de Kashoggi, se soumettre à Al Sissi, criser avec l’Algérie, le Maroc, le Brésil, le Sahel tout entier, multiplier les querelles virilistes avec Erdogan, se muer en émissaire de la paix en Ukraine, et tout échouer. J’ai vu des hommes et des femmes sans diplôme ni expérience professionnelle se laisser promouvoir au plus hautes fonction de l’Etat, fabriquant, mentant pour voir nommés. J'ai vu un ancien proxénète devenir le plus puissant oligarque de la République, et la trafiquante de stupéfiants qui le conseillait poser avec le V de la victoire dans le bureau du Président à l'Elysée. J'ai vu des hommes - que des hommes - prendre le pouvoir sur la presse et les médias, nous voler la parole, y placer leurs affidés pour servir et se servir au grès de leurs intérêts. J'ai vu ces êtres se goinfrer de mensonges, d'injures, de calomnies, et être grassement payés de ce fait. J'ai vu Marc-Olivier Fogiel devenir le principal dirigeant de la plus puissante chaine d'information du pays, et un ancien commentateur sportif le principal animateur du pays. J’ai vu des ministres et politiciens s’humilier et se dégrader chez Hanouna, dans l’espoir de gratter quelques points de popularité. J'ai vu des policiers, des magistrats, falsifier des PV, tordre le droit, détruire sur commande parce que cela le leur était demandé. D'autres tenir. Rongés par la solitude et le remords. J’ai vu le Président utiliser un gamin, joueur de football, pour tenter de redevenir populaire, faisant du sport et du PSG un instrument d’influence, au détriment de toute décence. J'ai vu des gamins sans casier passer Noël en détention parce qu'ils avaient participé à une manifestation contre le pass sanitaire, après avoir passé des mois confinés. Parce qu'il fallait faire un exemple. Parce qu'il fallait intimider. J'ai vu enfin le pays, au milieu de toute cette orgie de n’importe quoi, s'effondrer. Le pillage, se généraliser. Les intermédiaires et gatekeepers, pulluler en toute impunité. Cent policiers mobilisés pour perquisitionner le principal parti d'opposition, et déstabiliser son dirigeant, alors que les gilets jaunes approchaient. Les mêmes méthodes utilisées contre tous les autres, sauf ceux que le pouvoir protégeait. Les boucles Telegram de « conseillers du pouvoir » qui se partageaient des documents d’informations judiciaires couvertes par le secret, les disséminaient et les partageaient, pour détruire ou protéger. J’ai vu le fondateur d’En Marche, Laurent Bigorgne, protégé par la préfecture, la magistrature, après avoir tenté de droguer et de violer sa belle soeur et son employée. J’ai vu un garde du corps d’Emmanuel Macron monter un réseau de prostitution qui remontait jusqu’au préfet de Paris en toute impunité, sans que jamais personne ne daigne s’y intéresser. J'ai, à l’inverse, dû défendre des gilets jaunes poursuivis, perquisitionnés, arrêtés, pour s'être baignés devant le fort de Brégançon avec un homard gonflable. Pour un commentaire ironique sur un post Facebook d'un groupe privé. Pour une chanson postée sur youtube, qui sur un ministre ironisait. J’ai vu les conséquences sur notre société, toujours plus violente, toujours plus hystérisée. J’ai vu la sécurité s’effondrer, le trafic de drogues, d’êtres humains, se généraliser. J’ai vu l’école détruite par des apprentis sorciers. La laïcité, éviscérée. Les hôpitaux, dévastés. J’ai vu la recherche et les universités se vider de tout talent. Des docteurs se voir proposer des premiers postes à 1500 euros par mois, et se retrouver à 50, 100, 200, à candidater, présentant des dossiers de centaines de pages, des années de recherche, expédiés en quelques minutes. J’ai vu la France sombrer entre bureaucratie et prélèvements toujours plus compliqués, qui à chaque fois moins des services publics finançaient. Et j’ai vu tous ceux qui se battaient pour l’éviter brisés, dévastés, humiliés et isolés, tandis qu’une République représentative, saturée de financement, les ignorait et les oubliait. J’ai vu l’exigence, la littérature, les arts, devenir commerces insignifiants. La France cesser de rayonner, sans plus d’exigence, du fait de la corruption de sa presse, de ses intermédiaires, des coteries qui la gangrénaient. Je les ai palpés, les drames que tout cela a suscité, la haine que cela a généré, la peur et la dévastation, parce que c'est ce qui arrive, lorsque vous avez la charge de représenter et de défendre. J'ai vu comment, paniqué, le pouvoir ne cessait de fabriquer des fake news, des récits, romantisant sa geste, stipendiant des intellectuels, journalistes, artistes, pour tenter de masquer notre chute. J’ai vu l’obsession de la censure, de la clôture des comptes, le financement de trolls par le parti majoritaire, les accords de censure avec Snapchat & cie, tandis que ces mêmes êtres beuglaient: Démocratie. Tout cela est prouvé, acté, enregistré. Enfoui pour qu’il sombre dans l’oubli. Mais le réel cogne. Et les corps une mémoire qui manque à l’esprit. Et lorsque, trois ans après avoir été enfermés, des êtres demeurent détenus pour avoir simplement réclamé liberté, ce réel ne peut plus être contourné. Nous sommes à la veille de la guerre, d’une guerre qui nous emportera nous, en nos terres, et les mondes qui nous ont fécondés. Ceux qui la veulent nous ont offert une opportunité unique, inespérée, de l’éviter. C’est la seule urgence. Cela doit être notre seule priorité Juan Branco https://x.com/anatolium/status/1803097150420582739
    0 Commentaires 0 Partages 352 Vues 0 Évaluations
  • Mélenchon ou Bardella Premier Ministre ? | Idriss Aberkane reçoit Florian Philippot

    Macron a plongé la France en 1936. En jetant, comme il s'en est vanté récemment une "grenade dégoupillée" dans les pattes de son opposition il est parvenu à ressusciter à lui seul la NUPES sous le nom désormais de "Nouveau Front Populaire", tout en atomisant Les Républicains et, sublime du sublime, en y adjoignant spontanément Glucksmann et Hollande.

    Les Macronistes eux sont un peu moins enthousiastes, de Braun-Pivet qui ânonne à qui veut l'entendre que sa majorité fut celle (sic) de la responsabilité budgétaire, à Attal qui malgré un parachutage en grande douceur dans une circonscription gagnée d'avance digère mal d'avoir été écarté de Matignon dont les mauvaises langues disent déjà qu'il n'y était jamais réellement entré.

    "Plutôt Hitler que le Front Populaire", le slogan revient donc à la mode alors que l'impétueux Bardella, dont la formation se résume à un assidu Bac+ Call of Duty, pourrait bien occuper la rue de Varenne dans quelques semaines.

    Nous faisons le point avec Florian Philippot, Président des Patriotes, qui au delà de ses grandes compétences en analyse politique se trouve avoir décisivement contribué à "faire" Bardella et décryptera pour nous sa stratégie électorale dans la guerre des blocs qui s'annonce.

    #Dissolution #Bardella #Politique #Legislatives #RassemblementNational #NouveauFrontPopulaire #FlorianPhilippot #IdrissAberkane

    https://youtu.be/0jTWRmhXzqU
    Mélenchon ou Bardella Premier Ministre ? | Idriss Aberkane reçoit Florian Philippot Macron a plongé la France en 1936. En jetant, comme il s'en est vanté récemment une "grenade dégoupillée" dans les pattes de son opposition il est parvenu à ressusciter à lui seul la NUPES sous le nom désormais de "Nouveau Front Populaire", tout en atomisant Les Républicains et, sublime du sublime, en y adjoignant spontanément Glucksmann et Hollande. Les Macronistes eux sont un peu moins enthousiastes, de Braun-Pivet qui ânonne à qui veut l'entendre que sa majorité fut celle (sic) de la responsabilité budgétaire, à Attal qui malgré un parachutage en grande douceur dans une circonscription gagnée d'avance digère mal d'avoir été écarté de Matignon dont les mauvaises langues disent déjà qu'il n'y était jamais réellement entré. "Plutôt Hitler que le Front Populaire", le slogan revient donc à la mode alors que l'impétueux Bardella, dont la formation se résume à un assidu Bac+ Call of Duty, pourrait bien occuper la rue de Varenne dans quelques semaines. Nous faisons le point avec Florian Philippot, Président des Patriotes, qui au delà de ses grandes compétences en analyse politique se trouve avoir décisivement contribué à "faire" Bardella et décryptera pour nous sa stratégie électorale dans la guerre des blocs qui s'annonce. #Dissolution #Bardella #Politique #Legislatives #RassemblementNational #NouveauFrontPopulaire #FlorianPhilippot #IdrissAberkane https://youtu.be/0jTWRmhXzqU
    0 Commentaires 0 Partages 292 Vues 0 Évaluations
  • "Le grand jeu m'impressionne toujours.
    Ceux qui manipulent et qui ont une certaine culture et analyse de la société, ils ont aussi les meilleurs cerveaux et les IA.
    Chaque action engendre une réaction calculable..
    Cela rejoint le déterminisme dans la philosophie, les causes et les conséquences.
    L'homme est un animal.
    Très peu intelligent.
    Facilement hackable.
    Il est facile de jouer avec les sentiments, humains ou sécuritaires.
    Pour ceux qui connaissent les réactions instinctives de l'humain et qui savent s'en servir, c'est assez simple d'aller où ils veulent aller ...
    Et là il s'agit uniquement ou presque d'intelligence humaine (des cerveaux payés des milliers d'€ pour réfléchir pour les plus offrants) alors imaginez dans quelques mois / années, ce que pourra faire l'IA.
    La politique est une machine entièrement gérée par l'argent, ne l'oubliez jamais.
    Personne ne pourra changer quoi que ce soit.
    Ils sont tous franc-maçon, ils mangent tous au même resto et ils n'ont pas le choix du resto.
    La politique c'est juste se positionner pour son égo dans un scénario déjà écrit.
    L'argent veut le pouvoir et le contrôle, ils gèrent les politiques pour arriver à leur fin, être sûr d'avoir toujours le contrôle et le pouvoir, sans concurrence, et pour ça, il faut contrôler le peuple, l'abrutir, le faire stresser pour que leur instinct animal de défense se mette en marche, Cad la fuite, l'animal cherche à se protéger dans une grotte, un peu comme le fait l'autruche .. au contraire de la fuite c est le dialogue qu'il faut, mais ce n est pas naturel, c'est l'intelligence qui discute, ce qu'ils cherchent à tuer en manipulant, en empoisonnant, en lobotomisant, en encombrant de faux problèmes, en stressant les cerveaux.
    Quand l'humain stresse, il ne réfléchit pas, il consomme pour se sentir mieux .. la boucle est bouclée.."


    En accompagnant Seb ...
    Sébastien béraud 10 Juin hier grande mascarade comme je vous I avais dit...

    https://youtu.be/HDgPmGyzdxs?si=MnlSan9wLBdUFCeS

    "Le grand jeu m'impressionne toujours. Ceux qui manipulent et qui ont une certaine culture et analyse de la société, ils ont aussi les meilleurs cerveaux et les IA. Chaque action engendre une réaction calculable.. Cela rejoint le déterminisme dans la philosophie, les causes et les conséquences. L'homme est un animal. Très peu intelligent. Facilement hackable. Il est facile de jouer avec les sentiments, humains ou sécuritaires. Pour ceux qui connaissent les réactions instinctives de l'humain et qui savent s'en servir, c'est assez simple d'aller où ils veulent aller ... Et là il s'agit uniquement ou presque d'intelligence humaine (des cerveaux payés des milliers d'€ pour réfléchir pour les plus offrants) alors imaginez dans quelques mois / années, ce que pourra faire l'IA. La politique est une machine entièrement gérée par l'argent, ne l'oubliez jamais. Personne ne pourra changer quoi que ce soit. Ils sont tous franc-maçon, ils mangent tous au même resto et ils n'ont pas le choix du resto. La politique c'est juste se positionner pour son égo dans un scénario déjà écrit. L'argent veut le pouvoir et le contrôle, ils gèrent les politiques pour arriver à leur fin, être sûr d'avoir toujours le contrôle et le pouvoir, sans concurrence, et pour ça, il faut contrôler le peuple, l'abrutir, le faire stresser pour que leur instinct animal de défense se mette en marche, Cad la fuite, l'animal cherche à se protéger dans une grotte, un peu comme le fait l'autruche .. au contraire de la fuite c est le dialogue qu'il faut, mais ce n est pas naturel, c'est l'intelligence qui discute, ce qu'ils cherchent à tuer en manipulant, en empoisonnant, en lobotomisant, en encombrant de faux problèmes, en stressant les cerveaux. Quand l'humain stresse, il ne réfléchit pas, il consomme pour se sentir mieux .. la boucle est bouclée.." En accompagnant Seb ... Sébastien béraud 10 Juin hier grande mascarade comme je vous I avais dit... https://youtu.be/HDgPmGyzdxs?si=MnlSan9wLBdUFCeS
    J'aime
    1
    0 Commentaires 0 Partages 787 Vues 0 Évaluations
  • "Malgré son égo surdimensionné, Macron savait que ses agissements passaient de moins en moins dans la population.
    Il lui fallait donc trouver une alternative pour relancer la mécanique jupitérienne.
    Il choisit donc la cruche Hayer sachant que sans se forcer, elle allait creuser l'écart avec le RN au détriment de la liste Renaissance, ce qui a dopé celle du PS notamment.
    Puis pour assurer le résultat, lui et Attal en remettent une couche niveau arguments de campagne débiles qui énervent les gens (la guerre, les vaccins, la peste brune...).
    9 juin Bingo.
    Il se pose en héros : "mes chers concitoyens, je vous donne la parole".
    Il dissout l'AN, et au passage ça efface les résultats des européennes.
    Puis alors qu'en été, quasiment rien ne se passe à l'assemblée, il programme comme une urgence les législatives fin juin/début juillet. Juste un énième foutage de gueule qui ne lui coûte pas cher.
    Beaucoup de petits partis sont exsangues après les européennes et ne viendront donc pas trop perturber les gros.
    Si le RN l'emporte ça ne peut être qu'à la majorité relative, donc un 1er ministre RN ne pourra rien faire puisque les autres feront toujours barrage contre lui à l'assemblée.
    Même les 49.3 sont inefficaces dans un cas comme ça (motion de censure).
    Et voilà, le RN sera discrédité et on repartira pour un tour.

    Macron est un pervers narcissique, mais il est aussi extrêmement rusé. Il ne posera jamais le débat politique sur le thème qui devrait nous occuper VRAIMENT à savoir le souverainisme vs le mondialisme car c'est le seul qui pourrait les faire gicler lui et sa caste.
    Et les principales oppositions marchent à fond dans sa combine, car elles ont des tas d'intérêts à ce que ça reste ainsi. L'écologie punitive, la submersion migratoire, les restrictions liberticides, les pass pour tout, et le contrôle 2.0, ça leur va très bien, elles n'ont donc pas envie qu'on sorte du clivage droite/gauche qui leur permet d'avancer leurs propres projets.
    L'invisibilisation des listes souverainistes et le discrédit jeté sur le frexit (l'apocalypse...) montrent qu'il y a peu de chances d'échapper à ce projet infect.
    En effet, sur ce coup là encore, les électeurs pavloviens ont répondu présents. Ils ont voté utile sur un scrutin à un tour, de peur de gâcher leur voix sur une liste qui ne ferait pas 5%.

    Il n'y a qu'une chose qui pourrait nous sortir de ce foutoir, c'est le grain de sable, celui que nul n'a vu venir.
    Vu la situation délétère du pays, il y en a des tas susceptibles d'enrayer la machine.
    La partie n'est pas finie, elle ne fait que commencer. A suivre..."

    Caty (87), gauloise sans filtre
    @LaColitruche

    8:08 AM · 10 juin 2024 · 4 586 vues

    https://x.com/LaColitruche/status/1800047270072639892
    "Malgré son égo surdimensionné, Macron savait que ses agissements passaient de moins en moins dans la population. Il lui fallait donc trouver une alternative pour relancer la mécanique jupitérienne. Il choisit donc la cruche Hayer sachant que sans se forcer, elle allait creuser l'écart avec le RN au détriment de la liste Renaissance, ce qui a dopé celle du PS notamment. Puis pour assurer le résultat, lui et Attal en remettent une couche niveau arguments de campagne débiles qui énervent les gens (la guerre, les vaccins, la peste brune...). 9 juin Bingo. Il se pose en héros : "mes chers concitoyens, je vous donne la parole". Il dissout l'AN, et au passage ça efface les résultats des européennes. Puis alors qu'en été, quasiment rien ne se passe à l'assemblée, il programme comme une urgence les législatives fin juin/début juillet. Juste un énième foutage de gueule qui ne lui coûte pas cher. Beaucoup de petits partis sont exsangues après les européennes et ne viendront donc pas trop perturber les gros. Si le RN l'emporte ça ne peut être qu'à la majorité relative, donc un 1er ministre RN ne pourra rien faire puisque les autres feront toujours barrage contre lui à l'assemblée. Même les 49.3 sont inefficaces dans un cas comme ça (motion de censure). Et voilà, le RN sera discrédité et on repartira pour un tour. Macron est un pervers narcissique, mais il est aussi extrêmement rusé. Il ne posera jamais le débat politique sur le thème qui devrait nous occuper VRAIMENT à savoir le souverainisme vs le mondialisme car c'est le seul qui pourrait les faire gicler lui et sa caste. Et les principales oppositions marchent à fond dans sa combine, car elles ont des tas d'intérêts à ce que ça reste ainsi. L'écologie punitive, la submersion migratoire, les restrictions liberticides, les pass pour tout, et le contrôle 2.0, ça leur va très bien, elles n'ont donc pas envie qu'on sorte du clivage droite/gauche qui leur permet d'avancer leurs propres projets. L'invisibilisation des listes souverainistes et le discrédit jeté sur le frexit (l'apocalypse...) montrent qu'il y a peu de chances d'échapper à ce projet infect. En effet, sur ce coup là encore, les électeurs pavloviens ont répondu présents. Ils ont voté utile sur un scrutin à un tour, de peur de gâcher leur voix sur une liste qui ne ferait pas 5%. Il n'y a qu'une chose qui pourrait nous sortir de ce foutoir, c'est le grain de sable, celui que nul n'a vu venir. Vu la situation délétère du pays, il y en a des tas susceptibles d'enrayer la machine. La partie n'est pas finie, elle ne fait que commencer. A suivre..." Caty (87), gauloise sans filtre @LaColitruche 8:08 AM · 10 juin 2024 · 4 586 vues https://x.com/LaColitruche/status/1800047270072639892
    J'aime
    J'adore
    GRRR
    3
    4 Commentaires 0 Partages 851 Vues 0 Évaluations
  • Ukraine : la dangereuse décrépitude de l’Occident - Caroline Galactéros dans Le Samedi Politique

    🎥 1/ « Je veux que l'on m'explique pourquoi il est nécessaire de faire la guerre à la Russie. En quoi elle menace les intérêts vitaux de la France ? » -
    @CGalacteros

    🎥 2/ « Plus on attend, plus la partie russe en Ukraine augmente. Plus on attend, plus la partie résiduelle qui reviendra à la Russie sera importante. Donc qu'est-ce qu'on attend ? » -
    @CGalacteros

    🎥 3/ « Plus on se colle avec toutes les illusions possibles et imaginables et dans des postures de servilité envers l'Amérique non-vues jusqu'ici, plus on s'affaiblit » -
    @CGalacteros

    🎥 4/ « Je veux que l'on m'explique pourquoi il est nécessaire de faire la guerre à la Russie. En quoi elle menace les intérêts vitaux de la France ? » -
    @CGalacteros

    🎥 5/ « Il est clair qu'il y a des servants de nos armements, pour tous les pays occidentaux, pas que pour la France, qui sont là-bas. » -
    @CGalacteros

    https://youtu.be/19sgqcwh46M

    Liens des extraits à visionner sur TVL sur X :
    1/ https://x.com/i/status/1799392697494405506
    2/ https://x.com/i/status/1799472067684753438
    3/ https://x.com/i/status/1799456911403720819
    4/ https://x.com/i/status/1799392697494405506
    5/ https://x.com/i/status/1799358586801336380
    Ukraine : la dangereuse décrépitude de l’Occident - Caroline Galactéros dans Le Samedi Politique 🎥 1/ « Je veux que l'on m'explique pourquoi il est nécessaire de faire la guerre à la Russie. En quoi elle menace les intérêts vitaux de la France ? » - @CGalacteros 🎥 2/ « Plus on attend, plus la partie russe en Ukraine augmente. Plus on attend, plus la partie résiduelle qui reviendra à la Russie sera importante. Donc qu'est-ce qu'on attend ? » - @CGalacteros 🎥 3/ « Plus on se colle avec toutes les illusions possibles et imaginables et dans des postures de servilité envers l'Amérique non-vues jusqu'ici, plus on s'affaiblit » - @CGalacteros 🎥 4/ « Je veux que l'on m'explique pourquoi il est nécessaire de faire la guerre à la Russie. En quoi elle menace les intérêts vitaux de la France ? » - @CGalacteros 🎥 5/ « Il est clair qu'il y a des servants de nos armements, pour tous les pays occidentaux, pas que pour la France, qui sont là-bas. » - @CGalacteros https://youtu.be/19sgqcwh46M Liens des extraits à visionner sur TVL sur X : 1/ https://x.com/i/status/1799392697494405506 2/ https://x.com/i/status/1799472067684753438 3/ https://x.com/i/status/1799456911403720819 4/ https://x.com/i/status/1799392697494405506 5/ https://x.com/i/status/1799358586801336380
    0 Commentaires 0 Partages 551 Vues 0 Évaluations
  • #URSULAGate – La démission d'Ursula von der Leyen, Toute l'Europe en parle.
    Frédéric Baldan et Me Diane Protat demandent par courrier la démission d’office de Ursula von der Leyen ainsi que celle des commissaires formant la Commission.
    https://francesoir.fr/politique-monde/ursulagate-demission-von-der-leyen-toute-leurope-en-parle
    #URSULAGate – La démission d'Ursula von der Leyen, Toute l'Europe en parle. Frédéric Baldan et Me Diane Protat demandent par courrier la démission d’office de Ursula von der Leyen ainsi que celle des commissaires formant la Commission. https://francesoir.fr/politique-monde/ursulagate-demission-von-der-leyen-toute-leurope-en-parle
    FRANCESOIR.FR
    #URSULAGate – La démission d'Ursula von der Leyen, Toute l'Europe en parle | FranceSoir
    Malgré le silence des médias mainstream français sous pression pour ne pas parler de cette plainte « sérieuse », l’affaire #UrsulaGate vient de prendre une nouvelle tournure en s’invitant dans la dernière ligne droite des élections européennes.
    0 Commentaires 0 Partages 442 Vues 0 Évaluations
  • Alexis Haupt Philosophie
    @AlexisPhilo
    "Avez-vous vu le Truman Show ?
    C'est un film sorti en 1998 et dans lequel Jim Carrey joue le rôle d'un homme prisonnier à son insu d'un spectacle de télé-réalité. En effet, Truman, le personnage principal est né sur un gigantesque plateau de tournage et tous ceux qui l'entourent - amis, femme, collègues, voisins, etc. - ne sont que des acteurs complices de la tromperie. À la fin du film, Truman comprend qu'il vit depuis sa naissance dans un énorme mensonge.
    Imaginons maintenant un autre scénario : le personnage ne se rend jamais compte de la réalité du monde dans lequel il vit, puis fait des enfants et les élève comme si de rien n'était. Ces derniers grandissent naturellement sans comprendre la réalité du monde qui les entoure et finissent par devenir des adultes parfaitement intégrés dans cette pièce de théâtre grandeur nature. Puis ils font des enfants à leur tour, lesquels font ensuite des enfants eux-mêmes et ainsi de suite. Au bout de quelques générations, voilà que plusieurs personnes sont prisonnières du Truman Show.
    Figurons-nous maintenant une ville, une région, un pays ou un continent tout entier où les habitants seraient prisonniers d'une telle mascarade... Dans un tel cas, des millions de personnes vivraient dans un monde illusoire sans le savoir.
    Eh bien sachez chers amis qui me lisez de temps à autre, que nous vivons d'une certaine façon, nous les humains, dans un tel monde. En effet, à partir du moment où l'histoire est écrite par les vainqueurs, où les régimes politiques sont faits par et pour les puissants du moment, où ces derniers ont le monopole des informations et des programmes scolaires, alors dans à partir de là disais-je, la population vit dans le monde dans lequel les dominants ont voulu qu'elle vive. Elle y vit physiquement, intellectuellement et spirituellement.
    Ce que je développe ici te perturbe ? Tu trouves cela un tantinet complotiste ? Eh bien commence à devenir "complotiste" justement car je viens de t'expliquer ce qui est depuis toujours. Eh oui, de tout temps les humains ont vécu dans le monde des dominants : le régime politique des dominants, les religions prônées par les dominants, les cultes, les coutumes, les idéologies, les lois et les dogmes véhiculés par les dominants. Il en est ainsi depuis les pharaons !
    Partant de là, je soutiens que dans un scénario semblable à celui du Truman Show, la quasi-totalité des humains n'auraient pas la capacité, la force psychique, la souveraineté intellectuelle (Cf Discours de la servitude intellectuelle) ou les "ressources intérieures" comme dirait le psychologue Milgram, leur permettant d'être capables d’intérioriser l'idée : "Et si nous étions tous plongés dans un monde mensonger depuis des siècles ?", de douter de la réponse et d'investiguer. Je ne te demande pas ici, lecteur, de croire que tu vis dans un monde mensonger sans même mener ta propre enquête sur la question, mais d'être capable d’intérioriser la question "Et si c'était vrai ?", de douter de la réponse et de la rechercher en toute rationalité. Bref, je te demande d'être cartésien. Eh oui, car contrairement à ce que beaucoup s'imaginent, Descartes c'est le doute avant tout. C'est-à-dire la capacité de remettre tout en question, au moins une fois, y compris les fondements, les croyances, les dogmes et les opinions les plus solides.
    Comprends mon message, lecteur, et commence à faire grandir en toi ce moi qui doute - ce moi qui pense - ou alors tu finiras vite par ressembler à notre pauvre Truman : être prisonnier d'un monde et d'une réalité parallèle sans le savoir."

    https://x.com/AlexisPhilo/status/1796807279997567243

    9:33 AM · 1 juin 2024 · 44,4 k vues
    Alexis Haupt Philosophie @AlexisPhilo "Avez-vous vu le Truman Show ? C'est un film sorti en 1998 et dans lequel Jim Carrey joue le rôle d'un homme prisonnier à son insu d'un spectacle de télé-réalité. En effet, Truman, le personnage principal est né sur un gigantesque plateau de tournage et tous ceux qui l'entourent - amis, femme, collègues, voisins, etc. - ne sont que des acteurs complices de la tromperie. À la fin du film, Truman comprend qu'il vit depuis sa naissance dans un énorme mensonge. Imaginons maintenant un autre scénario : le personnage ne se rend jamais compte de la réalité du monde dans lequel il vit, puis fait des enfants et les élève comme si de rien n'était. Ces derniers grandissent naturellement sans comprendre la réalité du monde qui les entoure et finissent par devenir des adultes parfaitement intégrés dans cette pièce de théâtre grandeur nature. Puis ils font des enfants à leur tour, lesquels font ensuite des enfants eux-mêmes et ainsi de suite. Au bout de quelques générations, voilà que plusieurs personnes sont prisonnières du Truman Show. Figurons-nous maintenant une ville, une région, un pays ou un continent tout entier où les habitants seraient prisonniers d'une telle mascarade... Dans un tel cas, des millions de personnes vivraient dans un monde illusoire sans le savoir. Eh bien sachez chers amis qui me lisez de temps à autre, que nous vivons d'une certaine façon, nous les humains, dans un tel monde. En effet, à partir du moment où l'histoire est écrite par les vainqueurs, où les régimes politiques sont faits par et pour les puissants du moment, où ces derniers ont le monopole des informations et des programmes scolaires, alors dans à partir de là disais-je, la population vit dans le monde dans lequel les dominants ont voulu qu'elle vive. Elle y vit physiquement, intellectuellement et spirituellement. Ce que je développe ici te perturbe ? Tu trouves cela un tantinet complotiste ? Eh bien commence à devenir "complotiste" justement car je viens de t'expliquer ce qui est depuis toujours. Eh oui, de tout temps les humains ont vécu dans le monde des dominants : le régime politique des dominants, les religions prônées par les dominants, les cultes, les coutumes, les idéologies, les lois et les dogmes véhiculés par les dominants. Il en est ainsi depuis les pharaons ! Partant de là, je soutiens que dans un scénario semblable à celui du Truman Show, la quasi-totalité des humains n'auraient pas la capacité, la force psychique, la souveraineté intellectuelle (Cf Discours de la servitude intellectuelle) ou les "ressources intérieures" comme dirait le psychologue Milgram, leur permettant d'être capables d’intérioriser l'idée : "Et si nous étions tous plongés dans un monde mensonger depuis des siècles ?", de douter de la réponse et d'investiguer. Je ne te demande pas ici, lecteur, de croire que tu vis dans un monde mensonger sans même mener ta propre enquête sur la question, mais d'être capable d’intérioriser la question "Et si c'était vrai ?", de douter de la réponse et de la rechercher en toute rationalité. Bref, je te demande d'être cartésien. Eh oui, car contrairement à ce que beaucoup s'imaginent, Descartes c'est le doute avant tout. C'est-à-dire la capacité de remettre tout en question, au moins une fois, y compris les fondements, les croyances, les dogmes et les opinions les plus solides. Comprends mon message, lecteur, et commence à faire grandir en toi ce moi qui doute - ce moi qui pense - ou alors tu finiras vite par ressembler à notre pauvre Truman : être prisonnier d'un monde et d'une réalité parallèle sans le savoir." https://x.com/AlexisPhilo/status/1796807279997567243 9:33 AM · 1 juin 2024 · 44,4 k vues
    J'aime
    2
    0 Commentaires 0 Partages 1067 Vues 0 Évaluations
Plus de résultats